• Idées et langages, par G. Lindenberger

    CHOSES LUES

    Logique. -

    Dans Métro du 26 janvier: «Pourquoi ne peut-on pas voir de pingouin au pôle Sud? De la même façon, il n’existe pas de manchot au pôle Nord. C’est en effet de deux animaux différents dont il s’agit: les pingouins, qui sont de la famille des sphéniscidés, peuvent voler. Ils ne vivent que dans l’hémisphère Nord, alors que les manchots, de la famille des alcidés, qui ne peuvent voler, vivent uniquement dans l’hémisphère Sud.» Pour la même raison sans doute, il n’y a pas d’autruches au pôle Nord. Mais alors pourquoi n’en trouve-t-on pas non plus au pôle Sud?

    Anagogique. -

    Le coup de cœur de Yann Arthus-Bertrand dans Le journal du conseil régional d’ïle-de-France n°9 (février 2007): «J’ai récemment survolé Clichy-sous-Bois avec son maire qui découvrait d’en haut sa ville, transformée par son regard et sa façon de parler avec amour des habitants. C’était très émouvant.» Prudents, le maire et le photographe! Ils ne voulaient pas éprouver ce que, dans le même numéro, l’écrivain Fr. Taillandier appelle pudiquement «Paradoxe culturel»: «Comment se fait-il que ces différences, ces identités si heureusement ressenties quand elles sont exprimées par les artistes, soient parfois perçues comme un problème lorsqu’elles surgissent dans nos quartiers? [...] Et si la culture nous montrait la voie? Si l’Île-de-France était le laboratoire d’une nouvelle mondialité?»

     

    CHOSES SUES

    Archétypal. - Conférence lors d’un séminaire de psychanalyse: «L’inachevé en déconstruction». Inversez: Le déconstruit en inachèvement sonne tout aussi bien.

    Migratoire. - Le Ministère de la C. & de la C. lance, du 10 au 20 mars, la Semaine de la langue française sur le thème: «Les mots migrateurs». Mais inventorier les mots suivant leur origine, n’est-ce pas, déjà, de la discrimination? Les organisateurs n’ont pas dû se poser la question, qui, larges de la bourde, mettent en tête le mot abricot... «qui vient de l’arabe». Pour être plus complets que le Ministère, précisons le cheminement réel du mot, plus intéressant encore puisque l’arabe (al-barquq) l’a emprunté au grec (praekokion), qui lui-même l’avait pris au latin (praecoqua = fruits précoces).

    Respectueux. - Le président de Gambie soigne lui-même ses électeurs atteints du sida, d’après une dépêche AP. Yahia Jammeh garde la recette de ses pommades et boissons secrète, élaborée à base de plantes et de bananes. AIDS et ActUp n’ont pas encore réagi; représentant l’OMS, le Dr Filipe déclare que «l’OMS respecte le point de vue du président mais qu’il n’existe pas de traitement du SIDA.» Voilà un respect bien placé, auquel les papes, à l’enseignement beaucoup plus rationnel, n’ont pas eu droit... Il est vrai que le commencement du traitement inhibe la critique de la communauté scientifique: «le président pointe son Coran en déclarant: Au nom de Dieu, dans trois à trente jours, vous serez tous guéris.»


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :