• Léautaud est l’homme des vives réparties, de l’ironie. Un moqueur. Il s’en vante tout au long des dix-neuf volumes de son Journal. En même temps, un sensible : «La poésie est faite pour les parties profondes de notre sensibilité qui sommeillent dans le courant des jours et qu’elle réveille dans un délice qui va jusqu’aux larmes.» (Propos d’un jour) Romantique, en somme : «Les choses tristes, douloureuses, plus belles pour l’esprit, y trouvant plus de prolongements que les choses gaies, heureuses. Le mot soir plus beau que le mot matin, le mot nuit que le mot jour, le mot automne que le mot été, le mot adieu que le mot bonjour, le malheur plus beau que le bonheur...» (ibid.)

    Il se voyait en Alceste : «Je lis Le Misanthrope. Je suis ému, presque jusqu’aux larmes, d’admiration - et de ressemblance.» Je n’insiste pas sur les larmes qui reviennent encore. [...]

    Retrouvez l'intégralité de l'article de Georges Laffly

    dans lovendrin n°10.


    votre commentaire
  • Prudent. -

    Au guichet de l’Assedic, une affiche invite au respect mutuel. Fort bien me dis-je, l’accueil sera favorable. Erreur ! Je suis considéré comme moins que rien par une guichetière fataliste. Je relis l’affiche : il n’y est question, en fait, que du respect dû au personnel des Assedic, préoccupation qui trahit la grande peur d’être molesté par un chômeur excédé.

    Surréaliste.-

    Je remplis mon dossier. Cochez la case si vous êtes « docker occasionnel justifiant de 130 à 173 vacations » ou « marin pêcheur sur un bateau de moins de 50 tonneaux ». Après tout, l’agence est située rue Louis-Blanc, non loin du canal Saint-Martin.

    Utile. -

    S’ensuit un entretien obligatoire à l’ANPE. Une employée, qui tape à un doigt sur un logiciel arriéré lui aussi, me pose diverses questions. J’étais venu chercher un emploi, je repars avec un papier m’informant, moi, que j’ai bac+4, le permis B, des notions d’anglais. Un pense-bête à mettre sur la porte du frigo, avec un aimant.

    La rubrique "Idées et langages", tous les mois dans lovendrin.


    votre commentaire
  • La quatrième joie du mariage, c’est quand l’homme est marié depuis six ou sept, neuf ou dix ans, ou plus ou moins, qu’il a cinq ou six enfants et qu’il a passé par tous les sales jours, toutes les sales nuits, tous les mauvais moments susdits ou presque, dont il n’a eu que de mauvais repos, et que sa jeunesse est maintenant fort refroidie. Il est bien temps qu’il se repose s’il peut car il est si épuisé, si las, si dompté par les fatigues et les tourments qu’apporte une famille que plus rien de ce que dit ou fait sa femme ne lui chaut : il est endurci comme un vieil âne qui, par accoutumance, endure l’aiguillon sans hâter pour autant son pas habituel.

    Le pauvre homme constate qu’une de ses filles, ou deux ou trois, sont bonnes à marier, que cela leur tarde : on le voit à ce qu’elles sont toujours vives et remuantes. Le bonhomme n’a guère de biens, or il faut aux filles et autres enfants : robes, chausses, souliers, pourpoints, nourriture, etc. Il convient que les filles soient bien pourvues, pour trois raisons : d’abord, parce qu’elles en seront plus tôt demandées en mariage, et ce de plusieurs amoureux ; ensuite, si le bonhomme ne le faisait pas, il n’y gagnerait rien car la dame, qui a passé par ce chemin avant ses filles, ne le souffrirait pas ; enfin parce que les filles seront d’un bon naturel et qu’elles seront ainsi grâce à leur élégance : s’il ne leur fournissait tout ce dont elles ont besoin, elles trouveraient d’autres moyens d’obtenir des colifichets – je n’en dis pas plus.

    Retrouvez l'intégralité de ce texte dans lovendrin n°10.


    votre commentaire
  • Pierre Perret a raconté les fréquents entretiens qu’il a eus avec Paul Léautaud en 1954-1955. Le livre, publié en 1972 chez Julliard, est assez difficile à trouver. C’est regrettable, car on y apprend beaucoup sur… Pierre Perret.

    Certains se sont estimés privilégiés d’avoir pu approcher Léautaud ne serait-ce qu’une fois. Pierre Perret, lui, se donne d’entrée une position de proche : son livre est le témoignage de rencontres nombreuses et amicales (p.10, p.143). L’index général du Journal mentionne en effet des Perret : Auguste, Gustave, Jacques ; mais pas de Pierre. Même si Léautaud, dans les dernières années, était moins assidu à la rédaction de son journal, il est curieux qu’une fréquentation aussi régulière et d’une telle valeur n’ait laissé aucune trace. Par ailleurs, ce n’est un secret pour personne que Léautaud n’aimait pas les visites. Or on le voit déclarer à Pierre Perret : «Et n’hésitez pas à venir plus souvent. Vous ne me dérangez pas.» (p.113) Au fil des pages, le lecteur est invité à admirer naïvement quel être d’exception est ce Pierre Perret, seul visiteur admis par Léautaud, seul être humain à ne pas l’avoir déçu.

    Les conditions sont déjà irréelles. En outre, un lecteur attentif de Léautaud flaire que ces «souvenirs» ont été fabriqués à partir du Journal, en s’aidant, pour le cadre, de différents témoignages d’autres visiteurs. Avec de la patience, en feuilletant beaucoup le Journal, on n’aurait je crois pas grand mal à retrouver précisément à quels endroits Pierre Perret «s’est souvenu». Le but du livre fut atteint : il conféra au chanteur un brevet de penseur hardi, un cachet d’écrivain.

    Retrouvez l'intégralité de l'article de G. Lindenberger dans lovendrin n°10.


    votre commentaire
  • [...] Plus il mûrit, moins Léautaud incline au romanesque. Les souvenirs, les mémoires, les journaux et les correspondances d’écrivains l’accaparent : le style révèle la chair, l’os – l’homme. Cette évolution, il la considère comme le cheminement normal. Garder, l’âge avançant, un intérêt pour l’imaginaire serait un singulier attardement intellectuel. Il rigole doucement quand il voit tel auteur publier son quarantième roman : enfantillage, néant ! Les poètes à leur tour subissent sa colère : il finira pas estimer avoir perdu du temps à lire un fatras de rêveries lyriques éculées – tout ce qu’il rejette ! Malgré tout… jusqu’au bout certains poèmes l’émouvront. Fier, il rappellera toujours que c’est grâce à lui que la Chanson du Mal Aimé a été publiée dans le Mercure de France. Une version différente paraîtra en recueil : Apollinaire ajoute l’histoire des Cosaques Zaporogues qui pour Léautaud dépare le poème. Selon lui le poète abuse ce faisant de son côté «bohémien, évocateur, cosmopolite», qui fait son charme mais dangereux à la longue par ses bizarreries.

    La bizarrerie en littérature, aussi intolérable que la banalité, fait par contre le charme des hommes aux yeux de Léautaud. Les gens hors normes lui plaisent. [...]

    Retrouvez l'intégralité de l'article d'Amédée Schwa dans lovendrin n°10.


    votre commentaire